Le mot du Président

 

Noro Andriamamonjiarison
Président du GEM

Le GEM, qui est le groupement le plus ancien et le plus représentatif du secteur privé de Madagascar a accumulé au fil des années une connaissance approfondie du tissu économique de Madagascar, des problématiques de l’environnement des affaires et des enjeux du développement économique.

Cette expérience est au service des ses membres et également de tous les investisseurs qui souhaitent participer à l’édification d’une économie performante, dynamique basée sur la liberté d’entreprendre, la transparence, l’équité et la gestion durable des ressources naturelles.

Le  GEM ambitionne de contribuer à faire de Madagascar le leader économique de la région Océan Indien avec une croissance soutenue, permettant une réduction drastique de la pauvreté. Pour cela, il compte sur les efforts de ses membres qui œuvrent sur le terrain dans toutes les régions du pays, mais également sur une relation dynamique et fructueuse avec ses partenaires :

 

  1. L’administration informée en permanence des développements, des difficultés et des réussites au niveau des entreprises et également sensibilisée sur les éventuels ajustements ou les nécessaires réorientations des différentes politiques et mesures administratives, dans le cadre d’un dialogue public privé que nous considérons comme un instrument de politique économique et un facteur clé de réussite du développement.
  2. Les syndicats avec lesquels nous entretenons des échanges permanents dans le cadre du dialogue social, de la gestion des organismes paritaires et dans la mise en œuvre de programmes tels que l’initiative pour le travail décent ;
  3. Les partenaires techniques et financiers, qui sont tenus informés de nos aspirations, aux programmes desquels nous participons et avec lesquels nous contribuons à des réflexions de fonds initiés par le Gouvernement.
  4. Les autres organismes du secteur privé, partenaires avec lesquels le GEM entretient des relations d’échange et de coopération cordiales, car le GEM est particulièrement attaché à l’unité du secteur privé, condition sine qua non pour qu’il puisse être écouté et entendu par les autorités et reconnu par ces dernières ainsi que par l’opinion comme la principale source de création de richesse et le moteur de la croissance.

 

?>