13.45 | Mesures pour atténuer l’impact de la crise sur les économies africaines

FINACTU EST HEUREUX DE PUBLIER SA SECONDE ÉTUDE POUR NOURRIR LA RÉFLEXION DES DIRIGEANTS AFRICAINS FACE AU COVID-19 : « LE CORONAVIRUS ET L'AFRIQUE : QUELLES MESURES POUR ATTÉNUER L’IMPACT DE LA CRISE SUR LES ÉCONOMIES AFRICAINES ? ». L’ÉQUIPE FINACTU Y DÉMONTRE QUE L’AFRIQUE SERA MOINS TOUCHÉE PAR LE COVID-19 QUE L’EUROPE ET QU’ELLE DOIT METTRE EN ŒUVRE SES PROPRES MESURES. ELLE SOULIGNE AUSSI QUE LES INVESTISSEURS INSTITUTIONNELS, NOTAMMENT LES CAISSES DE PRÉVOYANCE SOCIALE, PEUVENT ÊTRE UN OUTIL PRÉCIEUX DANS LA BATAILLE DES MOIS À VENIR.

Mercredi 15 avril 2020

FINACTU a détaillé dans une étude précédente (« Le Coronavirus et l’Afrique – Crise sanitaire et crise économique aggravées par la faiblesse des filets de sécurité sociale africains ») la problématique générale de cette crise à la fois sanitaire et économique. Nous nous intéressons ici à plusieurs aspects complémentaires pour nourrir la réflexion opérationnelle des dirigeants africains dans la meilleure réponse à cette crise, sans hésiter à rappeler l’humilité qui est de mise, face à une pandémie absolument inédite : 

  • d’une part, nous montrons qu’il ne faut pas analyser cette crise avec les yeux, les concepts et les statistiques des pays industrialisés, car l’Afrique diffère à de nombreux égards des pays où la maladie se manifeste aujourd’hui (Asie, Europe, Amérique du nord) ;
  • d’autre part, nous cherchons à identifier les meilleures réponses sanitaires que les Gouvernements peuvent apporter pour atténuer les conséquences de la crise du Covid-19. Nous montrons qu’un confinement « à l’africaine » peut être conçu pour limiter l’impact économique tout en protégeant plus efficacement les populations du continent ;
  • enfin, nous montrons que les grands investisseurs institutionnels africains (caisses de prévoyance sociale, compagnies d’assurance, banques, caisses de dépôts et consignation, etc.) peuvent jouer un rôle puissant d’amortisseur de cette crise, à condition de respecter de strictes conditions de mise en œuvre.

Une première évidence s’impose : le Covid-19 est une maladie de personnes âgées, de comorbidité et de personnes en surpoids, qui frappe très durement les pays industrialisés vieillissants et repus. Mais les populations d’Afrique, beaucoup plus jeunes et beaucoup moins concernées par l’obésité, seront beaucoup moins touchées. Nos calculs montrent que, toutes choses égales par ailleurs, un pays comme le Bénin sera 5 fois moins touché que le Royaume-Uni, malgré un nombre de lits de réanimation bien moins important relativement. Ce chiffre donne raison a posteriori au Président TALON, qui assumait explicitement de ne pas soumettre tous les Béninois à un confinement « à l’européenne ».

Une seconde évidence vient renforcer ce constat : outre qu’il n’est pas réaliste, le confinement total ne serait pas supportable économiquement en Afrique, car il ne pourrait être accompagné des mesures qui le rendent acceptable dans les pays industrialisés. Mais la bonne nouvelle, que confirme la présente étude, est que le confinement n’est pas nécessaire en Afrique, où l’organisation de la société est très différente de ce qu’on connait en Europe, en Chine ou aux États-Unis. En Afrique, il est fréquent que les retraités « retournent au village » pour y goûter le repos et la tranquillité de la dernière partie de leur vie. Comme l’ont déjà mis en place de nombreux pays, il est donc très utile, à la place d’un confinement total, d’assurer la protection des villages par rapport aux villes, où la maladie se développe rapidement.

Enfin, l’équipe FINACTU voit dans cette crise à la fois sanitaire et économique une occasion de mesurer le rôle formidable des investisseurs institutionnels, au premier rang desquels les caisses de sécurité sociale, dans le soutien à l’économie face aux conséquences négatives de la crise. C’est un message d’action qui ressort de cette analyse : action à court terme en mobilisant ces acteurs institutionnels dans le soutien à l’économie ; action à moyen et long termes en les renforçant demain, pour augmenter la résilience de nos économies africaines. Plus que jamais, l’Afrique toute entière doit accélérer le renforcement de ses investisseurs institutionnels que sont les assureurs, les institutions de sécurité sociale, les caisses de dépôts et consignation, etc. Et plus que jamais aussi, les gouvernements doivent généraliser les systèmes de prévoyance sociale à toutes les populations. Certains pays sont sur le point de le faire (Maroc, Côte d’Ivoire), d’autres l’ont déjà fait (Gabon avec la CNAMGS), prouvant que cela est possible !

Comme le conclut Denis CHEMILLIER-GENDREAU, Président Fondateur de FINACTU : « Il serait faux de regarder cette crise en Afrique avec les yeux des pays riches et il n’y a pas de sens à appliquer au continent les mêmes stratégies prophylactiques qu’en Europe ou aux États-Unis. L’Afrique doit inventer son propre modèle pour lutter contre la crise, et les investisseurs institutionnels locaux y ont un rôle majeur à jouer. »

CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER L’INTÉGRALITÉ DE CETTE ÉTUDE

Pour toute information sur cette étude, vous pouvez contacter : 

Denis CHEMILLIER-GENDREAU
Président Fondateur
Par email :
dcg@finactu.com

Géraldine MERMOUX
Directrice Générale Associée
Par email :
gmermoux@finactu.com

Finactu en Bref 

Fondé en 1999, FINACTU - composé de sociétés à Genève, Paris, Port-Louis, Dubaï et Casablanca - est un groupe de conseil dédié à l'Afrique, spécialisé dans le conseil stratégique et opérationnel et dans le corporate finance.

Plus de 100 clients dans 30 pays émergents nous ont fait confiance à ce jour, donnant à FINACTU une expérience privilégiée dans de très nombreux domaines : banque, assurance et réassurance, private equity, protection sociale, politiques publiques, secteur agricole, télécom, secteur postal, éducation, etc.

FRANCE
3 rue Bixio 
75007 Paris

MAROC 
62, boulevard d’Anfa, angle Moulay Youssef
20000 Casablanca

Suivez toute notre actualité sur Facebook !